Skip to Content

Adaptation

Imprimer

Méthode pour un diagnostic de vulnérabilité du territoire

Mobiliser les compétences locales, partager le diagnostic et communiquer sur les résultats

L’élaboration du diagnostic ne peut pas être le fait de la seule collectivité. Il doit être soumis et validé par les acteurs du territoire référents dans le domaine du changement climatique. Ce travail peut être long. Il faut communiquer les résultats intermédiaires aux différents acteurs pour maintenir la dynamique de la démarche.

Constituer des ateliers de travail avec les acteurs locaux

 

Le diagnostic doit être partagé et validé par tous les référents potentiels sur le changement climatique. Aussi doit-il être confronté à la connaissance fine du territoire détenue par les acteurs.

 

vignette vidéo
RETOUR SUR LE COLLOQUE
Plénière 2 du 09/10/13 – Adaptation au changement climatique
Reportage – Les effets possibles du changement climatique sur un département méditerranéen comme l’Hérault

 

On organise, au choix :

 

  • des rencontres individuelles ;
  • des sessions avec plusieurs acteurs sur une même thématique ;
  • des sessions élargies à vocation transversale afin que soient débattus les impacts croisés (par exemple les acteurs de l’eau et les acteurs de l’agriculture).

 

L’objectif de ces ateliers est de :

 

  • soumettre des éléments de diagnostic préparés par la collectivité aux acteurs concernés ;
  • susciter leurs réactions (validations ou rejets) ;
  • remplir une matrice de notation des risques majeurs et dégager ainsi des priorités d’actions ou des axes d’approfondissement des connaissances.

 

Communiquer sur les progrès et susciter l’intérêt d’autres acteurs

 

Le diagnostic de vulnérabilité peut nécessiter un investissement significatif en temps -de plusieurs mois à une année- pour aboutir à une analyse complète et partagée. Afin de susciter et de maintenir l’intérêt des acteurs, il convient de communiquer régulièrement sur l’avancée des réflexions, sur les ateliers de travail ou sur les travaux complémentaires.

 

L’objectif est double :

 

  • permettre à ceux qui le désirent d’entrer dans la réflexion générale ;
  • donner les moyens aux partenaires de porter eux-mêmes une partie des travaux.