Skip to Content

Domaines

Imprimer

Déchets

Contexte et enjeux

770 millions de tonnes de déchets produits en 2009 (tous secteurs confondus) 366 kg d’ordures ménagères /habitant en 2011 Objectif national : réduire de 7 % la production globale de déchets entre 2009 et 2014
En 2011, l’incinération avec valorisation énergétique traitait 32 % des ordures ménagères et le stockage, 30 %.

L'évolution des modes de consommation, de production et des habitudes alimentaires a conduit à une explosion de la quantité de déchets. Bien qu'en relative stabilité depuis 2002, la production d'ordures ménagères (OM) par habitant a doublé en 40 ans. Aujourd'hui, la gestion des déchets représente un véritable enjeu pour les territoires, tant au niveau financier qu'environnemental.

Agir par ordre de priorité : la prévention en premier


Si le traitement des déchets constitue 4 % des émissions de gaz à effet de serre (GES) nationales, cette faible part cache cependant une quantité importante d'émissions indirectes comptabilisées dans d'autres secteurs, notamment celui des transports. À ceci s’ajoutent les émissions dites « amont » liées à la production, à la distribution et à l’usage des produits.
Quant à la mise en décharge (en particulier les émissions différées des déchets enfouis), elle engendre à elle seule plus de 16 % des émissions de méthane, gaz à effet de serre au pouvoir de réchauffement global 25 fois supérieur à celui du CO2 !


Or il est possible de réduire les émissions de GES liées au secteur des déchets en modifiant les politiques de gestion de ceux-ci : d’abord en mettant en œuvre des programmes ambitieux de prévention, puis une gestion séparée des biodéchets, et enfin des processus adaptés de valorisation (recyclage puis valorisation énergétique).


Ces priorités reprennent la hiérarchie des modes de gestion des déchets définie par la directive cadre de l’Union européenne 2008/98/CE. Il convient ainsi de procéder par ordre de priorité :

1. la prévention des déchets ;
2. le réemploi des déchets ;
3. le recyclage des déchets ;
4. la valorisation des déchets ;
5. l’élimination des déchets.

 

Le rôle des collectivités


Le rôle des collectivités territoriales dans la prévention est donc majeur et plus particulièrement depuis le 1er janvier 2012, date à laquelle il leur revient de mettre en œuvre des programmes locaux de prévention des déchets ménagers et assimilés.


Les collectivités doivent donc agir à deux niveaux :

  • au niveau du champ de leur compétence : actions de prévention, évolution des modes de gestion des déchets ;
  • au niveau territorial : en fédérant les acteurs et en intégrant la gestion des déchets dans les autres politiques sectorielles (transport, agriculture, développement économique, etc.).

 

vignette vidéo
RETOUR SUR LE COLLOQUE
Interview de Claire GUIHENEUF, Directrice de l’Agence d’urbanisme du pays de Brest

La mobilisation des acteurs.

 

Réduire la vulnérabilité des installations au changement climatique


Le changement climatique et l’augmentation de la fréquence et de l’intensité des risques naturels (tempêtes, inondations…) rendent nécessaire la protection des installations de stockage et de traitement des déchets pour éviter les pollutions locales (sols et eaux).