Skip to Content

Domaines

Imprimer

Production et distribution locales d'énergie

Contexte et enjeux

77 % de l’électricité française est produite à partir de nucléaire 44 % de la consommation primaire d’énergie sont issus de la consommation électrique 20 à 50 % de l’énergie consommée dans le patrimoine communal et l’éclairage public peuvent être économisés par une meilleure maîtrise de cette consommation
En 2012, la production d’énergie d’origine renouvelable représente environ 22,7 Mtep. La part des ENR dans la consommation brute finale est de 13,7 %, l’objectif national étant de 23 % en 2020.

Par la généralisation des PCET, le gouvernement légitime l’action des collectivités dans le domaine de l’énergie. Leur implication se joue en priorité au niveau de la maîtrise de la consommation énergétique de leur patrimoine communal et de leur territoire, du développement de la production décentralisée d’énergie et de l’adaptation des réseaux de distribution à l’ajout de cette nouvelle production.

Maîtriser les consommations énergétiques du patrimoine communal et de l’éclairage public

De par les services qu’elles assurent et les bâtiments qu’elles gèrent, les collectivités territoriales consomment de l’énergie : environ 5% de leur budget de fonctionnement. On estime de 20 à 50 % les économies possibles grâce à la mise en place d’une gestion énergétique performante et globale. L’énergie la moins chère étant celle que l’on ne consomme pas !

Les leviers d’actions sont nombreux :

  • gérer et suivre les consommations énergétiques du patrimoine ;
  • prendre en compte le coût global de la fourniture d’énergie ;
  • analyser l’efficacité et la qualité de l’existant et des nouvelles installations.

La connaissance de son patrimoine et de ses besoins est une base indispensable pour hiérarchiser les actions d’efficacité énergétique à mettre en œuvre.

 

vignette vidéo
RETOUR SUR LE COLLOQUE
Atelier 1 - Mobiliser les petites communes avec le Conseil en Énergie Partagé
Atelier animé par Yvon BASSET, Directeur régional adjoint de l’ADEME Bretagne

 

Les collectivités peuvent également inciter les acteurs du territoire (entreprises, bailleurs sociaux, habitants, etc.) à mieux maîtriser leur consommation d’énergie. Elles ont, en outre, un rôle important à jouer pour diminuer la précarité énergétique des ménages.

 

Participer à l’effort national de développement des énergies renouvelables

Les énergies renouvelables (éolien, solaire, hydraulique, bois…) et fatales (déchets, UIOM…) contribuent à la diversification et à la sécurité énergétique du pays, participent à la lutte contre le changement climatique et garantissent l’approvisionnement en énergie de zones rurales ou isolées. Leur développement décentralisé permet également de générer une dynamique de développement économique qui garantit la création de richesse et d’emplois non délocalisables.

 

vignette vidéo
RETOUR SUR LE COLLOQUE
Plénière 2 du 10/10/13- L’énergie locale dynamise les territoires, et chez vous ?
Carburant végétal, panneaux photovoltaïques, méthaniseur, chaufferies bois… : la communauté de communes du Mené mobilise acteurs et habitants.

 

Les collectivités peuvent influer fortement sur le développement des énergies renouvelables :

  • en montrant l’exemple sur leur patrimoine ;
  • en achetant de l’électricité verte ;
  • en incitant les acteurs du territoire à leur utilisation.

 

 

vignette vidéo
RETOUR SUR LE COLLOQUE
Atelier 14 - Faciliter le développement de projets EnR sur le territoire et maximiser les retombées économiques
Atelier animé par Yannick REGNIER, CLER – Comité de Liaison des Energies Renouvelables

 

Préparer et adapter les réseaux de distribution

En France, les politiques et stratégies industrielles ont favorisé le développement de l’énergie électrique. La diversification des sources de production française, liée au développement des énergies renouvelables, va avoir une incidence significative sur les puissances transitées sur les réseaux de distribution d’électricité. Les collectivités territoriales, en tant qu’autorités concédantes des réseaux de distribution, doivent participer à l'adaptation du dimensionnement de leurs réseaux à ces évolutions.


Dans le même temps, le Fonds Chaleur doit permettre de substituer une partie de l’électricité consommée pour la production de chaleur par des sources renouvelables thermiques et alléger le réseau. Les efforts de maîtrise des consommations dans les bâtiments participent également à réduire la demande. Ainsi, le développement de la production décentralisée, comme solution autonome, la généralisation d’actions de maîtrise de l’énergie, peuvent être des alternatives à l’extension ou au renforcement des réseaux.