Skip to Content

Comprendre les enjeux

Imprimer

Elus : les réponses à vos questions

Comment faire un PCAET ?

La structure d’un PCAET est la même, quelles que soient la nature et la taille du territoire ; elle s’appuie sur une méthodologie en 4 étapes : préfigurer, diagnostiquer et mobiliser, co-construire et mettre en œuvre. Mais chaque PCAET est basé sur les caractéristiques du territoire et comprend un plan d’actions adapté, qui doit être partagé avec les acteurs du territoire.

 

A chaque territoire ses enjeux

Un PCAET comprend un diagnostic qui permet de repérer les principales sources d’émissions de GES et les facteurs de vulnérabilité du territoire. La collectivité peut alors identifier les secteurs d’actions prioritaires et fixer les objectifs de réduction des émissions de GES et d’adaptation, en concertation avec les acteurs du territoire.

 

vignette vidéo
RETOUR SUR LE COLLOQUE
Plénière 2 du 09/10/13 – Adaptation au changement climatique, Intervention de Michel PIEYRE
CG Hérault « Le diagnostic de vulnérabilité permet de montrer que, s’il n’est pas anticipé, le changement climatique a un impact économique immédiat. »

 

Quelques exemples :

  • un territoire rural, à l’habitat dispersé, s’attachera à organiser des transports en commun efficaces et à favoriser la densification des petites zones urbaines ;
  • un territoire à dominante agricole incitera les exploitants à changer leurs pratiques agricoles ;
  • un territoire urbain donnera la priorité à la politique de transports et à la construction de logements durables ;
  • une station de montagne cherchera à diversifier ses activités pour anticiper les conséquences d’une diminution de l’enneigement.

 

Réussir un PCAET partagé

La réussite d’un PCAET repose sur la volonté des élus de premier rang, une organisation interne robuste et une communication efficace. Ce dernier point est très important : l’adhésion des acteurs du territoire est nécessaire pour lutter contre le changement climatique et définir une stratégie d’adaptation au changement climatique.

 

vignette vidéo
RETOUR SUR LE COLLOQUE
Plénière 1 du 09/10/13 – Bilan des PCET Intervention de Solenn LEGENDRE, ADEME
Les facteurs de réussite d’un PCAET.

 

 

Les appuis en termes d’expertise

Pour mener à bien un PCAET, les collectivités peuvent s’appuyer sur de nombreuses structures porteuses d’expertise sur les questions climat-air-énergie.

L’ADEME met à disposition des décideurs des outils, comme le guide méthodologique « PCAET, Comprendre, construire et mettre en oeuvre ». Elle organise également des formations et attribue des aides publiques.
Aux côtés des directions régionales de l’ADEME, les agences locales de l’énergie et du climat, les chambres consulaires, les agences et associations locales pour l’environnement, les réseaux de collectivités - comme Energy Cities – sont des partenaires et des relais de premier plan de la démarche du PCAET.
L’ONERC (Observatoire national des effets du réchauffement climatique), les observatoires locaux du changement climatique, les réseaux de villes constitués autour de la question du climat (« Cities for Climate Protection » de l’ICLEI, Club ViTeCC – Villes, Territoires et Changement Climatique -, Eurocities ou Climate Resilient Cities) sont aussi des interlocuteurs de choix pour commencer à structurer une réflexion sur l’adaptation au changement climatique.

 

Les étapes d’un PCAET

Les 4 étapes d’un PCAET sont les mêmes, qu’il s’agisse d’atténuation ou d’adaptation.

Etapes d'un PCET

 

Pour en savoir plus sur les étapes d’un PCAET, consulter la rubrique dédiée « Les étapes successives ».

 

Le PCAET : une démarche d’amélioration continue

L’élaboration d’un PCAET est progressive et nécessite près de deux ans. Dans l’objectif d’amélioration continue, il faut enchaîner plusieurs programmes d’actions pour réussir la division par 4 des GES et améliorer la résilience du territoire.

 

Retour liste